l'année dernière

Burnout : une Maladie de la Civilisation Moderne?

burnout et civilisation moderne

Selon 'Le Larousse', le burnout est un syndrome d'épuisement professionnel caractérisé par une fatigue physique et psychique intense, générée par des sentiments d'impuissance et de désespoir.  En d'autres mots, et plus vulgairement, est en burnout quelqu'un qui a le sentiment de ne pas pouvoir faire quoi que ce soit sans s'effondrer de fatigue. En fait, le burnout ne trouve pas son origine que dans la sphère professionnelle, même si c'est souvent le cas. On parle aussi de burnout parental, du burnout lié à l'ennui, de burnout lié au manque de développement personnel et de bien d'autres types encore.  On retiendra donc que le burnout est avant tout une fatigue physique et psychique intense.

More...

Il s'agit avant tout d'établir ses priorités et de retrouver un équilibre. Ca peut se faire aussi dans notre vie moderne. C'est un choix.

Le burnout est souvent causé par un stress excessif qui peut se manifester mentalement, physiquement et émotionnellement. Il joue aussi un rôle dans les maladies cardio-vasculaires, le diabète, les addictions, l'anxiété et la dépression.

Ce phénomène est le résultat d'un déséquilibre de vie important qui s'installe entre les choses déplaisantes que l'on fait et celles qui nous détendent et nous rendent heureux.​

Le burnout touche les cadres et dirigeants d'entreprise qui n'ont pas assez de temps pour s'occuper de leur famille, ainsi que toute personne qui travaille trop ou qui a besoin de 2, voire 3, boulots pour clôturer le mois.  Le burnout touche aussi les parents dépassés, les étudiants et même les enfants à qui on impose trop d'activités entre l'école, le sport, la musique, l'art et l'obligation de suivre les parents dans les dîners familiaux ou autres qui se terminent tard.​

Retenons de ce qui précède que le manque de temps pour soi, pour se détendre et se reposer, ainsi que déséquilibre entre les choses agréables et les choses désagréables de la vie sont des facteurs de risque importants.

MALADIE DE LA CIVILISATION MODERNE?

​D'une certaine manière, on pourrait dire que le burnout provient de la société actuelle et de la civilisation moderne car un certain nombres de faits que l'on retrouve aujourd'hui n'existaient pas il y a quelques temps:

  • Le burnout est facilité par le trop plein de médias sociaux et d'informations. Il y a à peine quelques décennies, les nouvelles provenaient des journaux locaux hebdomadaires ou lors de conversations entre amis. Aujourd'hui, on a l'impression de devoir tout savoir à propos de la vie de tout le monde, entre autres à travers les médias sociaux, dont la consommation est chronophage et parfois même accablante.​
  • Le burnout est facilité par la nécessité de travailler énormément pour clôturer les fins de mois. Avec l'apparition de Netflix, Spotify, des téléphones portables hyper-sophistiqués et autres objets et services de connexion permanente, l'envie de posséder pousse à vouloir gagner davantage pour se les offrir. Pour de nombreuses personnes, cela signifie travailler plus dur et plus longtemps.  En d'autres mots, prendre du temps au détriment de la famille et des loisirs "sains". Ces besoins ont été créés de toutes pièces. Sont-ils réellement nécessaires dans nos vies, ou peut-on les limiter?
  • Le burnout est facilité par la difficulté que certains ont à combiner les agendas privé et professionnel. Aujourd'hui, la plupart d'entre nous souhaite travailler (pour se réaliser) et avoir une famille.  Souvent, les deux parents travaillent pour offrir une vie décente à leurs enfants, qui sont finalement envoyés dans des crèches ou chez les grand-parents, avec des arrangements compliqués... surtout lorsque le couple de parents fini par se séparer. Les enfants passent beaucoup moins de temps avec leurs parents que dans le passé. Quand les mamans ne travaillaient pas, elles élevaient les enfants pendant que les papas travaillaient pour nourrir la famille. Aujourd'hui, il faut être deux pour nourrir la famille...  que l'on voit moins souvent. Attention, je ne me fais pas partie de ceux qui pensent que les femmes ne devraient pas travailler. Que du contraire - je suis pour l'égalité totale entre hommes et femmes. Je souligne simplement l'effet que ce changement sociétal (par ailleurs souhaité) a sur le burnout.
  • Le burnout est facilité par le nombre croissant d'activités de nos enfants. Avec les deux parents qui travaillent et les enfants qui doivent choisir - où qui se voient imposés - de nombreuses activités, la famille est constamment en mouvement. Qui ne veut pas que ses enfants s'accomplissent à l'école, dans le sport, la musique, l'art, etc. Cela place parfois les enfants dans un état proche du burnout, surtout si on ajoute à cette liste le temps passé sur les réseaux sociaux et celui passé à suivre les parents dans leurs activités ; le tout dans une semaine qui ne dépasse pas 7 jours et des journées qui ne dépassent pas 24 heures.
  • Le burnout est facilité par la manière moderne de se nourrir. Les plats préparés pour nous industriellement sont pratiques, mais bourrés de conservateurs et autres adjuvants. Nos corps souffrent lorsqu'ils ne reçoivent pas les nutriments dont ils ont besoin et qu'ils sont intoxiqués par ces conservateurs, les pesticides et autres produits chimiques utilisés pour la conservation des aliments. Or, la nourriture est indispensable pour un fonctionnement interne sain, pour garder un poids sain et pour offrir à notre corps une énergie saine. Seule une bonne alimentation avec de vrais produits naturels peut apporter cela.
  • Le burnout est facilité par le manque de temps que l'on accorde à l'exercice physique - soit parce que l'on travaille trop, soit parce que l'on passe trop de temps devant la technologie moderne qui nous invite à rester assis - ordinateurs, DVD, télévision, internet, réseaux sociaux, etc.
  • Le burnout est facilité par le temps que l'on oublie de prendre pour respirer l'air frais extérieur et profiter des effets de la lumière naturelle.  La civilisation moderne a introduit dans notre vie les habitations, bureaux, immeubles, centres commerciaux et autres endroits remplis de pièces où ne passent ni soleil, ni air frais et où la nature n'existe pas. Et quand on n'est pas entouré de béton, on est dans ... la voiture.
  • Le burnout est aussi facilité par certains business qui croient encore au mythe que le bien-être au travail est incompatible avec le profit et que les employés doivent sacrifier leur bien-être pour la performance. Je tiens à préciser que si le burnout est souvent associé à ce dernier point, il a d'autres sources, comme nous l'avons vu ci-dessus. Fort heureusement, de plus en plus d'entreprises sont maintenant consciente que le bien-être au travail est au contraire un facteur de productivité et de performance, et qu'il évite les turnovers du personnel et les absences importantes.
  • QUE FAIRE POUR DIMINUER LE RISQUE DE BURNOUT?

    La première chose à faire est sans doute de rétablir certaines priorités dans notre quotidien; en d'autres mots, de décider de ce qui est important et de ce qui l'est moins.  Par ex :

    Est-il nécessaire de vérifier notre page Facebook chaque jour, d'être abonné à Twitter et de se rendre sur une série de médias​ sociaux pour avoir des nouvelles.

    Est-il nécessaire que chaque membre de la famille - y compris les enfants - possède un téléphone portable?

    Laissons-nous suffisamment de temps à nos enfants pour s'asseoir et se détendre?

    Ne pouvons-nous pas travailler plus intelligemment?  Plus d'heures ne signifie pas plus de productivité.

    Ne pouvons-nous pas changer nos horaires pour éviter ces bouchons matinaux qui nous bouffent une grosse partie de la journée?

    Ne pouvons-nous pas inscrire dans notre agenda une demi-heure de ballade en plein air, de marche ou d'activité sportive?

    Vous pouvez ajouter à ces quelques questions de nombreuses autres questions du même type.  Quelles sont les vôtres?​


    Il y a tant de petites choses que l'on peut faire, arrêter de faire ou diminuer. Il y a tant de choses agréables à ​intégrer dans notre vie pour se détendre et se reposer, pour s'épanouir et s'évader. Le tout est de trouver le temps, me direz-vous. Le temps, ça se gère. Il s'agit avant tout est d'établir ses priorités et de retrouver un équilibre. Ca peut se faire aussi dans notre vie moderne. C'est un choix.


    L' Auteur de Cet Article : Carl Dufour

    Carl Dufour - Systemic Minds - coach

    Plus d'infos sur Carl Dufour

    L'être humain et son potentiel sont ma passion. Je suis Carl Dufour, fondateur de Systemic Minds et coach systémique.

    Mon ambition est de vous aider à atteindre une vie plus équilibrée et plus performante à tous niveaux : personnel, relationnel et professionnel.

    Certifié Coach Professionnel et formé à la PNL humaniste, à l'analyse transactionnelle, à l'approche systémique, ainsi qu'au marketing stratégique, je possède une expérience de plus de 2 décennies dans le conseil, la formation et le coaching.

Carl

L'être humain et son potentiel sont ma passion. Je suis Carl Dufour, fondateur de Systemic Minds et coach systémique. Mon ambition est de vous aider à adopter les stratégies mentales, comportementales, et techniques innovantes pour une vie plus équilibrée et plus performante à tous niveaux : personnel, relationnel et professionnel. Certifié Coach Professionnel et formé à la PNL humaniste, au coaching d'intervention stratégique d'Anthony Robbins et Chloé Madanes, à l'analyse transactionnelle, à l'approche systémique, ainsi qu'au marketing stratégique, je possède une expérience de plus de 2 décennies dans le conseil, la formation et le coaching.

Cliquez ici pour laisser vos commentaires ci-dessous

Laissez un Commentaire :