Gérer le stress est un besoin croissant – parfois criant – auquel formations, coaching, ateliers, livres et communications diverses tentent de répondre.

  • Le stress est-il mauvais ?
  • Le stress au travail est-il le plus grave ?
  • Qu’est-ce que le stress finalement ?  
  • Comment gérer le stress ?
  • Le stress est-il dangereux ?
  • Peut-on utiliser le stress à notre avantage ?
  • Peut-on aller jusqu’à l’apprivoiser ?

… autant de questions et plus encore auxquelles je vais apporter quelques éléments de réponse ci-dessous.

Stress

DEFINITION DU STRESS

Qu'est-ce que le stress?  Le stress est une réponse adaptative de notre corps à des stimulations physiques ou psychiques. Il permet de se préparer à une situation d’urgence et de réagir en conséquence.  Dès lors, le stress n’est pas toujours un élément négatif et agressif qu’il faut combattre envers et contre tout. 

Souvent considéré comme le mal du siècle, le stress est généré quand un individu perçoit une inadéquation entre ce qu’on lui demande de faire et les ressources dont il dispose.  Plus l’inadéquation perçue est grande, plus le sentiment de stress est fort.  Chaque personne peut donc vivre un état de stress différent face à une même situation, selon la manière dont elle perçoit cette situation et dont elle perçoit sa capacité à y répondre.

LES TROIS PHASES DU STRESS

Partons du principe que le stress est un phénomène d’adaptation du corps à une modification de son environnement. La réaction à ce contexte « stressant » est généralement présentée en trois phase :

  • Le signal d’alarme : lors de la confrontation, le corps réagit en libérant une série d’hormones – dont l’adrénaline – qui ont pour vocation d’accélérer la fréquence cardiaque, la tension artérielle et par conséquent d’augmenter la vigilance et la température corporelle de l’individu. Cette phase prépare l’organisme en fournissant les principaux organes sollicités en oxygène.
  • La résistance : si la situation stressante se prolonge, une nouvelle série d’hormones va prendre le relais et augmenter le taux de sucre dans le sang afin d’apporter l’énergie nécessaire et maintenir un niveau de glucose constant au cerveau, cœur et muscles sollicités. 
  • L’épuisement : une fois que le seuil de résistance est dépassé, le corps entre alors en phase d’épuisement.  En d’autres mots, l’organisme est débordé. Il est submergé d’hormones qui, si la situation perdure, peuvent avoir un rôle néfaste pour la santé de l’individu.


LES SYMPTÔMES DU STRESS

Le stress se traduit par diverses manifestations (symptômes).  Il est primordial d’être en mesure de reconnaître les messages envoyés par le stress plutôt que de chercher à s’y opposer. Chercher à comprendre ce qu’il se passe permet de développer une meilleure connaissance de soi et de rester aux commandes. 

Voici quelques symptômes courants :

Symptômes physiques

  • Maux de ventre
  • Maux de tête
  • Maux de dos
  • Transpiration importante (mains moites)
  • Tensions et raideurs dans la nuque
  • Fatigue importante
  • Perte/accroissement de l’appétit
  • Nausées
  • Constipations
  • Ulcères
  • Symptômes émotionnels

  • Irritabilité
  • Angoisse et inquiétude particulière
  • Saute d’humeur/tristesse
  • Perte de confiance en soi
  • Perte du sens de l’humour
  • Impatience
  • Apathie
  • Epuisement mental
  • Symptômes comportementaux

  • Isolement
  • Absentéisme au travail
  • Perte de concentration
  • Travail acharné
  • Consommation à risques (alcool, médicaments, drogues, etc.)
  • Indécision
  • Problèmes sexuels
  • LE STRESS EST-IL DANGEREUX?

    Le stress n’est dangereux que lorsqu’il est excessif… ou absent.   Comme souvent, la voie du milieu est la meilleure, comme le montre le graphique ci-dessous (Yerkes-Dodson).

    courbe stress

    Commençons par l’excès de stress.  L’excès de stress s’associe souvent à une perturbation émotionnelle qui peut mener progressivement (et parfois sournoisement) à :

    • un sentiment de pression,
    • de la fatigue,
    • de l’anxiété,
    • une volonté accrue de résistance à tout événement,
    • de l’épuisement,
    • une perte de contrôle,
    • des moments de panique, et se terminer en
    • burnout et/ou dépression. 

    A chaque étape de cette progression, la performance de l’individu touché par l’excès de stress prolongé diminue jusqu’à une incapacité totale de faire face à quoi que ce soit (état de burnout ou de dépression).  Les répercussions touchent donc autant l’individu que l’entreprise, comme nous le verrons ci-dessous.

    Contrairement à ce que certains pourraient croire, l’absence de stress est également dangereuse.  Un manque de motivation, de stimulation, peut aussi mener progressivement à :

    • la fatigue, 
    • l’ennui,
    • l’inactivité,
    • le sommeil, et
    • le bore-out (perte de sens, de raison d’être, d’utilité).

    Pourtant, à petite dose, le stress aide à la concentration, à faire face à un nouveau challenge professionnel/privé. Il permet à l’être humain de vivre pleinement sa vie personnelle, relationnelle et professionnelle en évoluant, en « grandissant » – physiquement, psychologiquement, ou spirituellement.  Le stress est donc vital pour la santé car toute chose qui arrête d’évoluer finit par mourir et l’être humain n’échappe pas à cette règle.

    Par contre, plus elles durent, plus les situations de stress excessives ou absentes ont pratiquement toujours des conséquences sur la santé des personnes qui les subissent.

    Les plus grands risques sont le burnout, la dépression, l’addiction sévère aux consommations à risque, la crise cardiaque, et même le cancer.

    LA DIFFERENCE ENTRE LE STRESS ET LE BURNOUT

    Selon l’INAMI, le burnout touche 80.000 personnes en Belgique chaque année et ce chiffre augmente.  On en parle beaucoup, et à raison.  Pourtant, le burnout et le stress ne sont pas des fatalités.  On peut les prévenir plus facilement qu’on ne le pense et comme le dit le vieil adage : prévenir, c’est guérir.

    Comme expliqué ci-dessus, le burnout est, avec la dépression, une des conséquences ultimes d’un excès de stress prolongé.  Il est aussi la résultante d’une fatigue prolongée, raison pour laquelle on parle souvent d’épuisement (professionnel). Notez que le burnout trouve ses origines autant dans le travail que dans les relations conflictuelles, la capacité de résilience face à des événements douloureux, etc.

    De manière générale, nous sommes conscients de notre état de stress. Par contre, lorsqu’une personne est en burnout, elle n’est généralement pas consciente de son état.  Le mental dit « continue » alors que le physique dit « stop ! ». 

    Notez qu’il en est de même pour la dépression.  Si les symptômes d’une dépression sont proches de, voire souvent semblables à, ceux du burnout, une grande différence vient du fait qu’une personne en dépression est consciente de son état, alors qu’une personne en burnout ne l’est pas forcément, voire rarement.

    Le burnout se caractérise par une symptomatologie évoluant autour de 3 dimensions :

    • L’épuisement émotionnel : il s’agit d’une disparition de l’énergie émotionnelle de l’individu qui a des répercussions sur la vitalité physique de l’individu. L’expression être au bout du rouleau prend tout son sens…
    • La dépersonnalisation : elle se traduit par le développement d’une attitude hostile et détachée envers les personnes avec qui l’individu interagit généralement.
    • La diminution du sens de l’accomplissement et de la réalisation de soi : l’individu tend à porter un regard peu valorisant sur ses accomplissements personnels et professionnels. Sa confiance en subit les conséquences et une impossibilité de faire face à ses obligations professionnelless est malheureusement fréquente. 

    D’autres moyens de différencier stress et le burnout existent.  Ces notions évoluent et se précisent au fil des études.  Retenons donc pour faire court que le burnout est un état de stress et de fatigue prolongé… donc une conséquence d’un excès de stress et de fatigue.

    LE STRESS AU TRAVAIL

    Lorsqu’on parle de burnout, on parle généralement d’épuisement dû au travail.  Le stress au travail est la forme de stress dont on parle le plus, même si comme pour le burnout, le stress prend ses origines dans d’autres domaines (vie familiale, santé générale, événements douloureux, problèmes relationnels, etc.) 

    Dans le monde du travail, le stress est souvent attribué à la fragilité de certains.  Ses conséquences affectent directement les entreprises, ce qui encourage de plus en plus d’organisations à entreprendre des démarches de prévention collective en agissant directement sur plusieurs dimensions que nous parcourrons un peu plus loin.

    En effet, des journées surchargées, des échéances serrées, l’hyper-connexion et une pression croissante sur la performance d’un travailleur peuvent faire pencher la balance et transformer le stress en ennemi.

    Une enquête menée par l’institut Solidaris auprès de centaines de travailleurs belges a dressé un constat clair : aujourd’hui, un travailleur sur trois souffre d’un stress élevé au travail. On assiste dans la majorité des pays développés à une montée dans le débat public des thématiques associées à la souffrance au travail et au stress professionnel.

    PRINCIPALES SOURCES DE STRESS AU TRAVAIL

    Les facteurs de stress au travail sont analogues à ceux des risques psychosociaux. De nombreux modèles – dont le célèbre de Marshall-Cooper – tentent de catégoriser les sources de stress. Pour des raisons de simplifications, nous les présenterons dans les 4 catégories suivantes – notez que de nombreuses sources de stress mentionnées ci-dessous ne s’appliquent pas qu’à la sphère professionnelle :

    Nature du travail

    • Complexité extrême d’une tâche ou caractère routinier de celle-ci
    • L’autonomie trop importante (ex: tâches impliquant la mise en jeu de vies humaines, ou tâches comprenant une probabilité d’erreur très importante), ou en revanche, une absence d’autonomie peut aussi être un facteur déterminant chez le travailleur
    • Intensité (surcharge/sous charge) de travail
    • Risques physiques et psychologiques : des conditions de travail dangereuses, désagréables, la présence d’un risque d’erreur important lors de l’exécution d’une tâche

    Relations au travail

    • Relations délétères avec des collègues ou supérieurs au travail
    • Difficulté à déléguer certaines tâches ou responsabilité
    • Compétition entre employés sur certaines tâches
    • Impossibilité d’exprimer des plaintes ou commentaires
    • Exposition à des préjugés d’ordre racial, religieux

    Développement personnel

    • Manque de sécurité d’emploi
    • Surqualification /sous qualification pour certaines tâches
    • Manque de reconnaissance pour le travail accompli
    • Peu de perspectives d’évolution

    Environnement de travail

    • Peu de pouvoir décisionnel
    • Restrictions comportementales appliquées sur le lieu de travail (interdiction de fumer, nombre de pauses limité, etc.)


    LES CONSEQUENCES DU STRESS

    Conséquences du stress sur l’individu

    Comme indiqué ci-dessous, la réaction de stress peut devenir néfaste pour l’individu lorsqu’elle atteint un niveau élevé, si elle est répétée de manière récurrente ou si elle devient chronique.

    Les pathologies liées au stress peuvent alors se développer sous des formes physiques ou psychologiques pour l’individu. L’épuisement professionnel – que l’on connaît plus souvent sous le nom de burnout – est sans doute l’une des conséquences les plus sévères du stress professionnel.

    Le stress est également à l’origine de nombreuses pathologies somatiques. Si la mort brutale par épuisement physique – que l’on retrouve parfois chez des cadres dirigeants – est heureusement assez rare, le stress est – rappelons-le – responsable de l’apparition de maladies cardio-vasculaires graves, hypertension artérielle ou certaines maladies coronariennes (telles que l’infarctus du myocarde, plus souvent appelé « crise cardiaque »).  Il contribue à l’émergence des TMS (troubles musculo-squelettiques) et peut aussi faciliter au cancer à cause des dérèglements hormonaux qu’il génère.

    Bien que le lien entre le stress et la santé mentale et physique d’un individu qui y est exposé soit généralement clair, certains managers et dirigeants d’entreprises ne prêtent souvent pas assez d’attention à cette menace qui peut également s’attaquer à une personne morale : l’entreprise.

    Conséquences du stress sur l’entreprise / l’organisation

    Les troubles liés au stress – qu’ils soient physiques, émotionnels ou comportementaux – affectent l’exécution du travail et sanctionnent donc directement ou indirectement la productivité d’une équipe, d’un département ou d’une entreprise.

    Dans les entreprises où le stress est élevé on peut ainsi relever :

    • un absentéisme important, qui nécessite parfois en un turnover régulier des travailleur,
    • un désengagement du personnel,
    • une baisse de la créativité,
    • une dégradation importante de la productivité,
    • une dégradation du climat social,
    • une dégradation de la réputation de l’entreprise, et in fine
    • une perte de chiffre d’affaires importante.


    CONCLUSIONS

    Le stress peut être une source importante de souffrance pour les individus et pour l’entreprise. C’est pourquoi il est primordial et stratégique de mettre en place des actions de prévention destinées à garder à l’œil et sous contrôle les sources de stress au travail en agissant directement sur celles-ci et réduire leur impact sur les individus. Il s’agit donc de s’attaquer aux risques plutôt qu’au conséquences.

    D’autres actions de prévention visent à aider les individus à gérer de manière plus efficace leurs exigences professionnelles à travers des stratégies d’adaptation, d’accroissement de la productivité saine et de résistance au stress en soulageant la perception des symptômes associés. 


    L' Auteur de Cet Article : Carl Dufour

    Carl Dufour - Systemic Minds - coach

    Plus d'infos sur Carl Dufour

    L'être humain et son potentiel sont ma passion. Je suis Carl Dufour, fondateur de Systemic Minds et coach systémique.

    Mon ambition est de vous aider à atteindre une vie plus équilibrée et plus performante à tous niveaux : personnel, relationnel et professionnel.

    Certifié Coach Professionnel et formé à la PNL humaniste, au coaching d'intervention stratégique d'Anthony Robbins et Cloe Madanes,  à l'analyse transactionnelle, à l'approche systémique, ainsi qu'au marketing stratégique, je possède une expérience de plus de 2 décennies dans le conseil, la formation et le coaching.


    Contactez-moi sur mon adresse email

    ou prenez rendez-vous directement pour une séance de coaching.

    QUELQUES ARTICLES SUR LE STRESS

    Vous connecter avec vos identifiants

    Vous avez oublié vos informations ?